Saint-Georges - Commune "Maya"

ou

Quand les écolos cherchent la petite bête

Publié le mardi 31 juillet 2012

« Dans un pays de tous les temps

Vit la plus belle des abeilles

Que l’on ait vu depuis longtemps

S’envoler à travers le ciel

Cette petite abeille porte le nom de Maya »

Tous les grands enfants de mon âge se souviennent de Maya, la plus gentille des abeilles. Ce dessin animé a égaillé nos mercredis après-midi ! Pas étonnant que, 30 années plus tard, la Région Wallonne utilise le prénom de cette abeille souriante afin de baptiser un magnifique projet ! Ce projet ambitieux s’appelle « Commune Maya ». La Région Wallonne propose à ses communes de venir en aide aux abeilles domestiques car celles-ci connaissent une régression inquiétante. Cette raréfaction est due principalement à la diminution de ses ressources alimentaires (le pollen) mais aussi à l’utilisation abusive de pesticides. Albert Einstein a dit : « Si l’abeille disparaît, l’humanité en a pour quatre ans »…on ne peut donc que féliciter les 160 communes qui se sont engagées dans ce projet ! Les communes Maya reçoivent un subside d’un maximum de 2500 €, ce qui implique des droits et des devoirs ! Elles s’engagent à planter de la végétation mellifère, développer et promouvoir l’activité apicole, réduire puis supprimer l’utilisation des pesticides, s’inscrire dans la convention « Bords de routes, fauchage tardif »,… Saint-Georges-Sur-Meuse est devenue « Commune Maya » et de nombreuses plantes mellifères ont été plantées sur le territoire. Les écologistes saluent cette belle initiative. Cependant, ils s’inquiètent du manque de cohérence dont font preuve les élus de la majorité.

Une commune Maya pulvérise-t-elle ses trottoirs et sentiers pédestres avec un herbicide d’une grande agressivité ?

Lors du conseil communal du mois de juin 2012, la Conseillère Ecolo, Anne DESSERS, faisait remarquer au Collège que les sentiers pédestres étaient impraticables car ils n’étaient pas entretenus. Quelques jours plus tard, la solution fut de les pulvériser à tour de bras alors que des méthodes plus douces existent, alors qu‘un entretien régulier éviterait de telles pratiques !

Dés la première année de projet, la commune Maya doit organiser une campagne de sensibilisation des enfants et des adultes (expositions,…).

Si cette campagne de sensibilisation a eu lieu, elle fut discrète…

Dans le courant de la deuxième année de projet, une commune Maya doit s’inscrire dans la convention « Bords de routes, fauchage tardif ».

Lorsqu’il était encore Conseiller Communal, Christian NOIRET avait proposé au Collège d’inscrire notre commune dans cette convention. Cette idée fut balayée par un vote de refus catégorique. Le prétexte était le manque de visibilité aux carrefours alors que 175 communes étaient déjà signataires ! 175 bourgmestres inconscients ? Quelle sera la décision du prochain bourgmestre ?

Dans la troisième année de projet, la commune Maya devra adopter un plan de réduction voire d’abandon de l’utilisation des pesticides.

Les écolos feront tout ce qui sera en leur pouvoir pour que ce plan soit adopté et suivi à la lettre…que ce soit dans l’opposition ou dans la majorité ! C’est promis, Maya !

Olivier Salmon

PDF - 104.7 ko

Vade Mecum des communes "Maya"

Forum